• RECHERCHE Contact RSS

Street Fighter II: The world warrior - SNES

Editeur Capcom
Année Sortie 1992
Genre Beat them all
Continus Oui
Niveaux 12
Nombre Joueurs 2
Difficulté Progressive
Sauvegardes Non
Jaquette


Vous êtes le meilleur guerrier du monde mais pour cela vous allez devoir le prouver!
Au départ, vous pouvez choisir entre 8 combattants différents. Chaque personnage a ses propres caractéristiques et des coups spéciaux bien à lui. Suivant votre style du jeu, vous aurez vite votre combattant préréré.

Il y a plusieurs modes de jeu. Le jeu "histoire" ou vous combattez un adversaire en voyageant de pays en pays. Au niveau des combats, pour gagner, vous devez remporter 2 manches. Chaque fois qu'un personnage prend un coup, sa barre de vie devient de plus en plus rouge et recouvre le jaune d'oriogine. Quand un des deux joueurs n'a plus de jaune dans sa barre de vie, il est KO.
Quand vous avez réussi à battre les 8 combattants du jeu (eh oui, vous vous battez aussi contre votre double), vous vous retrouverez alors face à 4 combattants supplementaires qu'il vous faudra battre l'un après l'autre et qui sont redoutables.

 
Screenshot01    Screenshot02
 
Voici les personnages de SF (source Wiki):

- Ryu est né le 21 juillet 19642 au Japon de parents inconnus. Il fut élevé par maître Gouken qui lui enseigna son art martial, l'Ansatsuken du style Goutetsu. Il est encore jeune lorsqu'il fait la connaissance du second disciple de Gouken venu des États-Unis, Ken Masters, avec lequel il entretient amitié et rivalité.

Calme et humble, il a dédié sa vie à la recherche de la perfection spirituelle à travers l'art du combat, c'est pourquoi gagner ou perdre n'a pas d'importance pour lui tant qu'il a le sentiment de progresser sur sa voie. Certain qu'il est toujours possible de s'améliorer et d'apprendre, son désir de combattre n'aura probablement jamais de fin.

- Ken naît le 14 février 1965, de père américain et de mère japonaise. Il est l'ex-camarade d'entraînement et le rival de son ami Ryu. Il apparait dès le premier épisode de la série des Street Fighter, même s'il n'était jouable à cette époque qu'en mode deux joueurs. Ken avait à l'époque exactement les mêmes coups que Ryu, mais, au fil des volets successifs de la série, les deux combattants se sont différenciés de plus en plus, rendant Ken plus rapide et orienté vers le shoryuken (ou Dragon Punch) mais moins puissant que le japonais progressant au niveau du hadoken (boule de ki). Ken permet souvent des combos plus longs (composés d'un plus grand nombre de coups), alors que Ryu enlève beaucoup d'énergie à l'adversaire avec de courts enchaînements.

Selon l'histoire du jeu, le maître de Ken et Ryu fut tué par son propre frère, Akuma (Gouki au Japon) sous les yeux de Ken, qui venait de remporter le tournoi des États-Unis d'arts martiaux (compétition qu'il remportera trois fois de suite).

- Chun Li est la première combattante de sexe féminin à être apparue dans la série (dans Street Fighter II), et a révolutionné le concept des personnages féminins dans le monde des jeux vidéo, étant donné qu'elle avait un rôle « fort » de femme d'action au lieu d'être une simple « demoiselle en détresse » à délivrer.

Chun-Li est née en République populaire de Chine le 1er mars 1968. Elle est agent d'Interpol et a décidé de détruire M. Bison, le leader de l'organisation Shadaloo et responsable de la mort de son père. Elle s'est durement entraînée au Kung-Fu et au Taichi en ce sens.

- E. Honda: Né le 3 novembre 1960, Edmond Honda est apparu à partir de Street Fighter II. Il fait partie des 8 personnages sélectionnables. Il est d'origine japonaise et est un sumotori. L'esprit du jeu consistait à faire figurer des combattants des quatre coins du monde représentant un style propre à un pays ou à une région. Honda et Ryu sont les délégués japonais.

Décrit comme un bon vivant, Honda parcourt le monde à la recherche d'occasions de montrer la force du sumo. Il rencontrera au cours de ses pérégrinations le russe Zangief avec lequel il se liera d'amitié. Son attaque la plus spectaculaire est sa projection à l'horizontale (sumo head butt) où il percute son adversaire tête la première tel un bélier.

- Guile: Né le 23 décembre 1960, le colonel Guile est le meilleur ami de Charlie, et fait partie comme lui de l'armée de l'air US. Charlie enquêtait sur les connexions entre certains officiers américains et Shadaloo, l'organisation criminelle dirigée par M. Bison. N'ayant plus donné signe de vie, Guile est envoyé à sa recherche.

Dans Street Fighter II, Guile reçut une invitation pour participer à ce tournoi et sut par la même occasion que Bison était toujours en vie. Il le bat une deuxième fois, mais au moment de l'abattre, il se souvient des mots de sa femme Jane : "Le tuer ne fera pas revenir Charlie, cela ne fera de toi qu'un meurtrier comme Bison". Guile épargne alors Bison et rentre chez lui, apaisé.

- Blanka: 'histoire officielle dit que le petit Jimmy, né le 12 février 1966, a survécu à un crash aérien dans la jungle brésilienne, alors qu'il n'avait que 5 ans. Devenu "sauvage" après tant d'années passées dans la jungle, sa mère le retrouve en fin du tournoi de Street Fighter II: The World Warrior et le reconnaît grâce aux anneaux fixés sur ses jambes.

- Zangief: Selon sa biographie officielle, il est né le 1er juin 1956 en Union soviétique. Il mesure 2 m 14 et pèse 115 kg.
Zangief est catcheur professionnel et pratique une forme de Sambo, qu'il a affinée en combattant des ours à mains nues en Sibérie (son abondante pilosité lui ayant sans doute permis de supporter la rudesse du climat). Son corps, recouvert de cicatrices, garde néanmoins les stigmates de cet entraînement. Il excelle dans les écrasements et les projections de toutes sortes, sa technique du Spinning Pile Driver lui ayant valu le surnom de Cyclone Rouge. Il a un grand cœur et sait faire plaisir à ses fans.

- Dhalsim: indien né le 22 novembre 1952, se battant dans son temple parmi ses statues d'éléphants, Dhalsim utilise le yoga comme sport de combat pour gagner de l'argent afin d'aider les pauvres. Les crânes qu'il porte autour du cou sont ceux d'enfants qu'il n'a pu sauver de la faim. Pacifiste de conviction‚ il s'est posé des questions concernant ses méthodes mais sa femme Sally l'a conforté dans l'idée qu'il faisait de bonnes actions. Il fut la cible de Shadaloo, mais a réussi à convaincre Cammy White qu'elle avait une personnalité propre (ce qui a fait qu'elle s'est rebellée plus tard contre M. Bison). Il eut plus tard une invitation pour le tournoi et s'y présenta pour combattre le mal. Il se retira du monde des combats pour vivre avec sa femme et son fils Datta.

Dhalsim a la possibilité d'étirer ses membres à volonté grâce à ses connaissances en yoga. La puissance de son esprit est telle qu'il peut léviter et même se téléporter ; il peut également la concentrer et la faire s'enflammer (yoga fire).


Screenshot05 Screenshot06


Download

Jouabilité 95% Ayant connu le jeu sur borne d'arcade, le fait de le voir adapter sur la SNES était vraiment génial à l'époque.
Et encore plus quand j'ai vu que les persos répondent bien aux commandes et que les coups spéciaux sont les mêmes que sur borne d'arcade. Du coup, on a vraiment le jeu de borne d'arcade sur console avec une jouabilité remarquable.
Animation 95% Ce qui est chouette dans ce jeu, c'est tant ce qui se passe sur le devant de la scène que les décors arrières qui sont magnifiques et rajoutent une impression de fluidité au jeu.
Les combos s'enchainent sans ralentissements et les persos se retrouvent projetés dans les airs quand ils prennent un coup. S'il y a un tonneau ou une pancarte derrière, celle-ci se casse ce que je trouvais super fun pour l'époque.
L'animation est vraiemlent superbe et a également contribué au succès du jeu.
Graphisme 95% Pour un jeu de combat, il n'y a rien à dire au niveau des graphismes, ils sont sublimes et conformes à la borne d'arcade. Les personnages sont bien dessinés et leurs mouvements sont fluides et précis.
Les décors d'arrière-plan où se déroulent les combats sont magnifiques. On se croirait vraiment dans la jungle, en Inde ou dans la salle de bains de Honda!
Bande-Son 90% Les sons de ce jeu sont cultes, notamment quand le personnage reçoit le coup fatal du KO, il crie. ce cri change suivante perso. L'autre perso vainqueur a lui un cri de victoire.
Chaque guerrier a ses propres bruitages, voix, ce qui personnifie vraiment chaque personnage. La musique également colle vraiment au jeu et est marquante. Avec chaque décor de combat choisi, il y a une musique différente. De plus, quand l'un des combattants est proche de la fin, la musique accélère, ce qui rajoute au stress du combat.
Une superbe bande-son et des bruitages très réussis.
Durée de vie 80% Il n'a pas si longtemps, j'ai rejoué à ce jeu alors que ca fait des années que je n'y avait pas touché et on ne s'en lasse pas. On peut toujours se faire un petit combat à l'arrache pour le fun ou entamer une partie pour aller défier M. Bison. En plus, l'effet jeu ancien pas démodé donne vraiment envie d'y rejouer. Un bon hit a garder dans votre ludothèque donc.


Autres images du jeu
Screenshot03 Screenshot04


Note Générale 90% Street fighter 2 est adapté d'une borne d'arcade et est arriuvé sur la SNES en 1992. L'adaptation de la SuperNes n'a rien à envier à la borne d'arcade! On passe de très bons moments entre copains sur ce jeu et c'est parfois très serré. De plus, ce jeu de combat est vraiment dans un esprit bon enfant et a su traverser les générations de joueurs.


Test mis en ligne par emuljour le 26/10/2015. Modifié le 26/10/2015.